Washington frappe les Gardiens de la révolution iraniens en Syrie

0

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Les Etats-Unis ont mené des frappes jeudi contre deux installations utilisées par les Gardiens de la révolution iraniens et des « groupes affiliés » dans l’est de la Syrie, a annoncé le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin.

Le Pentagone a annoncé ces deux opérations après que le président Joe Biden a adressé un message au dirigeant suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, pour le mettre en garde contre toute attaque visant les troupes américaines, qui menace de provoquer un élargissement de la guerre en cours entre Israël et le Hamas. « Un message direct a été envoyé. Je n’irai pas plus loin », a confirmé un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby.

« Ces frappes de légitime défense et de précision sont une riposte à une série d’attaques en cours, et pour la plupart manquées, contre le personnel américain en Irak et en Syrie par des milices soutenues par l’Iran », depuis le 17 octobre, a indiqué Lloyd Austin dans un communiqué.

Selon le Pentagone, un citoyen américain a succombé à une crise cardiaque alors qu’il se mettait à l’abri pendant l’une de ces attaques, et 21 autres ont été légèrement blessés mais ont depuis repris le travail.

Le président Biden a ordonné ces frappes « pour qu’il soit clair que les Etats-Unis ne toléreront pas de telles attaques et se défendront eux-mêmes, ainsi que leur personnel et leurs intérêts », a prévenu M. Austin. « Ces frappes d’autodéfense bien ciblées (…) sont séparées et distinctes du conflit en cours entre Israël et le Hamas, et ne constituent pas un changement dans notre approche » concernant cette guerre, a insisté M. Austin.

Plus tôt jeudi, le Pentagone avait indiqué que les forces américaines et leurs alliés avaient été la cible d’au moins 16 attaques de drones et de missiles (12 en Irak et quatre en Syrie) depuis le début du mois.

Des groupes armés proches de l’Iran ont menacé de s’en prendre aux bases américaines au Moyen-Orient en raison du soutien de Washington à Israël dans sa guerre contre le Hamas, mouvement islamiste palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza et proche de Téhéran.

Mercredi, l’ayatollah Khamenei avait accusé les Etats-Unis de « diriger en quelque sorte » les opérations d’Israël contre le Hamas. Le même jour, Joe Biden avait adressé une mise en garde à l’Iran contre toute attaque visant les troupes américaines. « Mon avertissement à l’ayatollah est que s’ils continuent à agir contre ces troupes, nous riposterons, et ils doivent être prêts. Cela n’a rien à voir avec Israël », avait-il déclaré.

Washington compte environ 900 soldats en Syrie et près de 2.500 en Irak qui combattent l’organisation Etat Islamique et mènent fréquemment des attaques ciblant les jihadistes.

AFP

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Open chat
Mediaguinee.com
Avez - vous une information à partager?
Besoin d'un renseignement?
Contacter Mediaguinee.com sur WhatsApp