Gaoual pointe l’hyperliberté des journalistes en Guinée : « dans l’espace Cedeao, beaucoup de pays ont supprimé la dépénalisation des délits de presse »

0

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Musellement de la presse, restriction des sites d’informations, arrestations des journalistes et coups à leur endroit sont les dénonciations faites par les Professionnels de la presse dans les médias depuis des mois en République de Guinée.
Pour le ministre porte-parole du gouvernement, il n’y a aucunement de m’élève de la liberté de la presse en Guinée. Il l’a dit jeudi lors du débriefing du compte-rendu gouvernemental, ce jeudi 19 octobre 2023.
«Regardez, lisez la presse en longueur de journée. Et c’est difficile. Donc il y a un acquis que vous avez, préservez-le. Personne n’aimerait que la liberté de la presse soit menacée. Et elle n’est pas du tout menacée en Guinée, on peut le dire clairement. Malgré tous les titres qu’on fait là, elle est menacée? Tout ça, ce n’est pas du tout vrai. Soyez sûrs qu’aujourd’hui, dans l’espace de la CEDEAO, la plupart des pays ont supprimé la dépénalisation des délits de presse, la plupart des pays qui nous entourent. Encore, c’est un acquis dans notre pays. Faisons en sorte qu’on soit à la pointe pour préserver cette liberté-là.
C’est très important et cela dépend aussi de vous. Ça dépend de vous», dit-il.
D’ailleurs, selon lui, les journalistes en profitent trop
«J’étais étonné en Guinée, c’est quand même une première dans le monde que l’ensemble du barreau, ceux qui doivent vous défendre portent plainte contre un journaliste. C’est vu qu’en Guinée, regardez toute la littérature, vous ne venez nulle part dans le monde
où le barreau a porté plainte contre un journaliste. Parce que généralement, les avocats ce sont vos premiers partenaires pour préserver votre liberté. Mais en Guinée, le barreau était rendu obligé de porter plainte contre un journaliste.
Pourquoi ? Parce que la diffamation, le discrédit qu’on jetait sur eux était trop flagrant. (…) Ils étaient obligés d’aller en justice et d’obtenir réparation», s’est-il dédouané enfin.
Mayi Cissé
623625365

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Open chat
Mediaguinee.com
Avez - vous une information à partager?
Besoin d'un renseignement?
Contacter Mediaguinee.com sur WhatsApp